Samedi 25 Mai 2024
Sans_titre-1.jpg

Notre printemps quelque peu irrégulier au niveau de la météo et généreux en précipitations permet d'économiser sur les arrosages, mais sont, par contre, délicates sur le plan des maladies. Restons donc vigilants.

Les plantations de bacs sur les balcons et terrasses ont tout de même bien évolué et les floraisons diverses restent généreuses. Continuez de bien nettoyer les fleurs en fin de vie et les feuilles de mauvaise apparence.

Les framboisiers ont commencé leur production et elle va durer jusque vers fin juillet avec les variétés tardives, voire plus tard en altitude. Sur les cultures pour récolte d’automne (remontantes), continuer de bien palisser les pousses et supprimer celles trop fines et faibles, de même aussi pour celles de l’année prochaine des cultures non remontantes. N’oubliez pas de couper au niveau du sol les cannes ayant terminé leur production, ceci dès que possible. Ceci fait, appliquez un traitement au cuivre sur les tiges et feuillage en prévention des maladies diverses.

Sarclez vos cultures afin de casser la croute qui se forme au niveau du sol. On fait de cette intervention coup double avec la destruction des mauvaises herbes.

Tuteurez vos plantes hautes avant qu’elles ne versent. (Dahlias, cannas, Delphinium, etc.

Eclaircissez les semis trop épais. On sème toujours trop densément. Pour les distances entre les plantes lors de cet éclaircissage, il suffit de tenir compte de la grosseur des légumes à leur maturité, de façon à ce qu’ils puissent se développer normalement.


 

Entretien et coupe des prairies fleuries

prairie fleurie

On ne sait pas toujours à quelle époque précise tondre les prairies fleuries. Il y a en effet toujours des fleurs en plein épanouissement et à ce rythme, on ne les couperait jamais. En fait, il est absolument nécessaire de prévoir le fauchage de ces prairies fleuries au plus tard vers la fin juin en plaine et 2 semaines plus tard en altitude afin de permettre aux inflorescences de terminer le murissement de leurs semences au cours du séchage au sol après la coupe. Cette dernière devrait s’effectuer au moyen d’une motofaucheuse pour les grandes surfaces et une cisaille à haies pour les plus petites, à environ 8 – 10cm de hauteur. La coupe à la tondeuse n’est pas vraiment conseillée par le fait qu’elle broie tout, que les graines sont aussi blessées et qu’elles ne pourront pour la plupart plus germer.

Il est en effet conseillé de laisser sécher le fourrage sur place comme pour les prairies agricoles et de « faire les foins » après quelques jours, une fois que les semences seront tombées au sol afin de permettre le réensemencement naturel, seul capable de se développer dans la prairie.

Il a été constaté de bonne source, que les essais de semis de mélanges du commerce dans le but d’enrichir une vieille pelouse ou prairie sauvage, n’ont jamais eu de succès vraiment suffisant.

Une deuxième coupe devra avoir lieu en fin d’automne, en essayant de ne pas laisser entrer la prairie dans l’hiver, fraîchement fauchée, mais qu’elle ait plutôt eu le temps de cicatriser ses coupes et recroître quelques centimètres.