Mardi 23 Avril 2024
Prunus.jpg

Avec un mois de mars plutôt chaud, tous les bourgeons vont éclater ainsi que tout la végétation en général. La nature va se transformer plus rapidement que prévu et des quantités importantes de pollen de tous types sont déjà disséminés un peu partout.

Les premiers semis de pleine terre ainsi que les plantations de plantons mottés peuvent aussi commencer si ce n’est déjà fait, pour les cultures sous protection. Attention toutefois, si des mauvaises conditions atmosphériques surviennent encore, il est important de garder les plantes sensibles sous films ou tunnels plastiques afin d’éviter des surprises.

Buttez les asperges et plantez-en quelques-unes en remplacement de souches disparues.

Mettez en place le coin à plantes condimentaires. On aime à les avoir à portée de main.

Si vous disposez d’une petite serre ou d’un local chauffé et éclairé, faites vos premiers semis de tomates, poivrons, etc., en vue des plantations précoces sous plastique.

Nettoyez la rocaille et favorisez le développement des premières fleurs printanières par un binage soigneux.

Les plantes bulbeuses à floraison printanière commencent malgré tout à bien se développer. Surveillez les dégâts de limaces, ces dernières en apprécient volontiers les jeunes pousses.

Nettoyez les massifs de pensées et autres bisannuelles de tous déchets et mauvaises herbes accumulés pendant l’hiver. Nettoyez aussi les massifs de plantes bulbeuses.

Epandez le compost mûr sur le potager avant le labour ou sous les arbustes à baies.

Profitez d’apporter un peu de fumier si votre sol est trop pauvre en matière organique, lors de vos labours

Plantez la première série de bulbes à floraison estivale. (Glaïeuls, Freesia, Liatris, Iris de Hollande, Montbretia, etc.)

 

Faut-il scarifier les gazons ?

gazon2

Est-ce nécessaire de le faire chaque année ? Certainement pas, sauf si votre pelouse est soignée en gazon select, dense et de qualité de graminées très fine et épaisse. Ce type de gazon provoque chaque année beaucoup de feutre et laisse des déchets de tonte très fins pas toujours bien ramassés par l’aspiration des tondeuses. Il se produit alors, chaque saison en tous les cas, une couche épaisse, souvent de plusieurs cm, composée de tous ces types de déchets organiques, de mousses et de petites algues, juste au niveau de la première couche du sol sous le collet des plantes de gazon. Ces couches provoquent petit à petit une asphyxie des racines et favorisent les maladies du gazon. Il est donc absolument nécessaire de les extraire au moins une fois par année.

Par contre, pour les pelouses de type sport, jeux ou tous usages, les graminées composant ces gazons sont moins fines et plus aérées, aussi plus résistantes et provoquent moins de feutre au cours de la saison. Un ou deux bons ratissages annuels avec un râteau à herbe après une tonte suffisent à enlever les déchets et éviter que trop de feutre se forme. Dans ces cas, une scarification annuelle n’est absolument pas utile et peut attendre deux ou trois ans. En guise de vérification à ce sujet, il est facile au moyen d’une bêche, de couper sur trois côtés et quelques cm de profondeur, une petite plaque de gazon, de la soulever et contrôler s’il y a cette couche de feutre, aisée à discerner sous sa forme un peu brunâtre et duveteuse.

Pour les gazons encore moins entretenus et laissés libres de croissance, du genre « gazon sauvage simplement tondu de temps en temps » la scarification n’est carrément pas nécessaire car le feutre ne s’y installe pas, les déchets le formant étant au fur et à mesure décomposés par les microorganismes du sol.