Dimanche 22 Septembre 2019
Baies-feuillages-automne.jpg

Le mois de septembre est en général synonyme du retour des périodes plus pluvieuses. Cela est une bonne chose pour la végétation et pour nous car cela demande moins d'arrosages.

 

Les gazons aussi profitent de ces conditions. Ressemez  les zones dégradées, elles pousseront avant l’hiver, surtout celles ayant été envahies par le millet.

n arrive maintenant dans la période des derniers semis pour les légumes à hiverner, alors qu’ils sont terminés pour récoltes encore cette année, du moins pour les cultures de pleine terre non couvertes. 

Mettez en place vos plantes bisannuelles (pensées, myosotis, pâquerettes, etc.), rappelez- vous qu’elles s’accordent bien avec les plantes à bulbes de printemps.

Les fraisiers peuvent encore se planter, mais ils n’auront plus la grosse récolte l’année prochaine.  Pour les framboisiers, rappelez-vous qu’ils ne donneront pas de fruit l’année prochaine, pour leurs variétés non remontantes en tous les cas.

Commencez les nettoyages des plantes vivaces en fin de floraison. Coupez à quelques centimètres du sol, celles dont le feuillage est déjà sec ou en devenir. 

Tailler vos haies, surtout les laurelles qui ont beaucoup poussé. Essayez de couper ces dernières au sécateur, leurs belles feuilles ne seront pas écorchées.

Dès maintenant, les dernières pousses des laurelles peuvent être atteintes par la maladie de la criblure (Coryneum, petits trous ronds dans les feuilles), souvent doublée par le blanc en plus (oïdium). Aux toutes premières apparitions, traitez avec votre fongicide pour les rosiers.

Achetez de nouveaux rosiers, prenez peut-être la décision de refaire une plate-bande qui arrive en bout de vie. Les rosiers ne sont pas éternels. 

 

La plantation des bulbes

avril croqus

Septembre ainsi qu'octobre est la période idéale pour la plantation des bulbes à floraison printanière. N’attendez pas trop longtemps avant de faire vos achats, les choix sont  bien plus complets en début de saison. 

Si vous consultez les catalogues, vous découvrirez une foule d’espèces peu connue en dehors des tulipes, narcisses, jacinthes, crocus, muscari et autres.

Les ails pour la coupe, fleurs séchées ou centre de massif. Les anémones pour les rocailles, bouquets ou bordures. Les Chionodoxa, cyclamen, Eranthis dans les gazons, Erythronium, Fritillaria toujours majestueux, perce-neige, Ipheion, Iris divers, Ixia, Oxalis, renoncule, Scilla et Sparaxis. Prenez le temps de bien découvrir les images sur les emballages et d’en lire les conseils d’utilisations. 

Tenez compte pour chaque espèce, de la profondeur de plantation des bulbes. En règle générale, on estime correcte une profondeur équivalente à deux ou trois fois le plus grand diamètre du bulbe (hauteur ou largeur). Une plantation un peu trop profonde est moins risquée que trop superficielle. 

Pour certains bulbes, il est difficile de reconnaître le dessus ou le dessous de l’oignon, mais que l’on ne se fasse pas trop de souci à ce sujet, les bulbes plantés à l’envers se retourneront naturellement lors de leur croissance.

Respectez aussi les distances de plantation. Les plantes trop serrées s’étiolent et versent alors que trop espacées elles ne donnent pas un bel effet de groupe.